Élise B

La poétesse

Elise B est doctorante en littérature comparé, frustrée d’avoir rencontré si peu de femmes et de personnes non binaires dans ses longues années d'étude.

Elle a cherché des autrices, avec un mélange de joie de découvrir tant de voix alternatives et de colère face au gigantesque effacement dont les femmes de lettres ont été victimes. Elle continue de démasculiniser sa vision de l'art et du monde.

Elle écrit plus particulièrement sur la grâce qui surgit parfois au milieu d'un monde asphyxiant, violent, dégradé, sur la colère, la mélancolie, sur la beauté, sur les aspirations mises à mal par les systèmes d'oppression, sur ce qui reste debout en nous malgré tout.

Crédits : Instagram @eclipse.totale

Retrouvez les poèmes d'Élise sur la verrière du Pavillon des Canaux & sur notre exposition dématérialisée.

Poèmes sorciers

Onze poèmes : « Entre pour le rite », « Femmes », « Le patriarcat », « Orageuse », « mon étincelante », « mais demain ma sœur », « perdue est la neige », « je tourne avec les planètes (mantra) », « d'un mouvement invisible », « instantané de toi », « allongées comme échouées », 2019-2020

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image
  • Ces poèmes partent du sentiment moderne de la perte de croyance, de la destruction du lien avec la terre, et tentent de conjurer cette perte, de renouer avec le monde.

  • Ce sont d'humbles paroles incantatoires. Ils traitent aussi, d'un même mouvement, de la grande colère d'être femme dans une société si foncièrement misogyne, et de l'espoir qui réside dans l'amour entre femmes, que cet amour soit sororal ou sensuel.

  • Les sources d'inspiration de cette artiste sont Paul Celan et Emily Dickinson, la Bible et les chants rituels des peuples autochtones.