Manon Lepouzé

L'artiste

Manon Lepouzé est une artiste plasticienne métisse franco-japonaise. Elle est également poétesse.

Dessinant depuis son enfance, elle a suivi un an en prépa artistique avant de suivre une licence en Lettres et Arts à l'université Paris Diderot.

Féministe, son univers onirique et hyper saturé est habité par des figures féminines fortes, notamment des cyclopes, entités mi-humaines, mi-divines, qui reflètent la complexité et la force des femmes.

Cette artiste s'inspire beaucoup de ses propres rêves pour créer ses œuvres, expliquant leur forte dimension spirituelle et symbolique.


Crédits : Instagram @nonam_dans_le_noir


Retrouvez Manon Lepouzé le dimanche 11 avril lors de notre 1ère table ronde, spéciale "Sorcières" !

Lien d'inscription : https://www.helloasso.com/associations/artefac/evenements/table-ronde-rencontre-avec-les-artistes-de-so-eu-rcieres-session-1-2

Prophétesse

Dessin à l’encre de chine, 21 x 29,7 cm, avril 2020

  • L’artiste affirme “Son œil unique lui permet de voir au-delà des confins du monde matériel”.

  • Cette œuvre, comme toutes les autres, s'ancre dans le monde des rêves.

  • Elle donne le pouvoir à la prophétesse. Un lien fort avec la nature se devine.

  • Ce dessin nous invite à découvrir un monde à la fois poétique et angoissant, chargé de symboles.


Hypersaturées

Dessin aux crayons de couleur et encre, 21 x 29,7 cm, septembre 2020

  • Cette œuvre met en scène deux femmes et une petite fille qui exercent leurs talents de magiciennes créatrices.

  • Unies dans la sororité, calmes et sereines, elles sont entourées d'un magma de couleurs qui vibre au gré de leurs pouvoirs : pouvoir de création artistique, intellectuel, pouvoir de création de la vie...

  • “Longtemps ce pouvoir de création féminin a été nié, la création étant perçue comme l'apanage des hommes”.

  • À travers ces figures intergénérationnelles, l’artiste nous invite à nous réapproprier ces pouvoirs qui sommeillent en chacune d’entre nous.

  • Cette œuvre regorge de symboles et d’éléments organiques rappelant des pratiques de sorcellerie : astres, sang, esprits...

Mathilde la Cyclope

Huile sur toile, 60 x 50 cm, mars 2020

  • Cette toile est un portrait de la vulnérabilité. Elle met en avant la blessure que chacun.e porte en soi.

  • C’est une œuvre intime, à fleur de peau. Il semble que l’on interrompt le personnage.

  • L'œil de la cyclope ne semble pas incarner un appel à l’aide, mais un regard calme.

  • Cette œuvre transmet un questionnement sur la souffrance que porte le regard qui se pose sur la cyclope.

Altaïr

Huile sur toile, 50 x 60 cm, février 2020

  • Altaïr est une cyclope qui porte le nom d’une étoile, d’où les tons très bleus, relevant de l’atmosphère céleste qui l’accompagnent.

  • Ce tableau revient sur l’histoire de cette figure mais aussi sa symbolique.

  • En peignant ces cyclopes, Manon Lepouzé cherche à représenter quelque chose de géant dans l’émotion, la sensation : ce que l’on ressent lorsque l’on vit la vie sans filtre, lorsque certaines choses deviennent, en effet, géantes.

Summer daze

Dessin aux crayons de couleur et liners, 24 x 32 cm, août 2020

  • Cette œuvre est très personnelle car il s’agit d’un autoportrait dont se dégage une confusion et une perte de repères.

  • Dans ce dessin, tous les leitmotivs de l’artiste refont surface : cyclope, chevelure bleue, rêve. Les couleurs utilisées sont saturées, flamboyantes.

  • Cette œuvre transmet un brin de folie, de sentiments multiples, comme une fantasmagorie.

  • C’est une plongée dans l’univers intime et foisonnant de l’artiste ou chacun.e pourra se retrouver ou se perdre en laissant libre cours à son interprétation.

Soeurs

Dessin aux crayons de couleur et encre, 24 x 32 cm, août 2020

  • Très proche de ses deux sœurs, l’artiste, à travers cette œuvre, souhaitait rendre femmage à ce lien si particulier.

  • Les sœurs sont unies. Elles forment un bloc au sein duquel émergent pourtant leurs propres individualités.

  • Par-là, il s’agissait de montrer que leur force émane de cette absence de peur de se montrer vulnérables les unes avec les autres.

  • Ensemble, elles sont fortes. Les couleurs de leurs vêtements, comme un souvenir, évoquent une tradition familiale où l’on attribue une couleur à chaque sœur pour différencier leurs vêtements identiques du quotidien.