Programmation & Billetterie

L’association Artefac’ et ses partenaires sont heureux.ses de vous présenter sa première exposition, So(eu)rcières : du 8 au 26 avril 2021, revalorisons ensemble les sorcières grâce à la sororité ! ✨

Tour à tour respectées, discréditées, violentées et fantasmées, les sorcières ont une histoire complexe et plurielle. Au travers de notre sélection artistique et de nos animations, les figures de sorcières, plus que jamais fédératrices, seront mises à l’honneur au profit de la sororité et de la réappropriation de récits trop souvent mis à mal par les sociétés coloniales, capitalistes et patriarcales.

So(eu)rcières est une exposition artistique organisée par des jeunes et/ou étudiant.e.s, portée par un esprit engagé, chaleureux et bienveillant. Porté.e.s aussi par des valeurs d’inclusivité, nous avons fait au mieux pour mettre à l’honneur autant que possible des artistes femmes et.ou queer et.ou racisées afin de remédier, à notre échelle, à l’invisibilisation de ces profils artistiques dans le monde de l’art. La collaboration, le renforcement du lien social et les valeurs d'éco-responsabilités sont également au cœur de notre projet.


Le programme en bref

  • une exposition présentielle dans la verrière du Pavillon des Canaux, visible depuis l’extérieur de l’établissement 🏠

  • une exposition dématérialisée visible sur nos réseaux sociaux et notre site 👀

  • des performances poétiques et musicales partagées en ligne 🎶

  • des conférences présentées en ligne 🧚

  • des ateliers de tarologie, de dessin et de lecture participative animés en ligne 🌈

  • des rencontres dématérialisées avec nos artistes, des autrices et des collectifs engagés 💛


Compte-tenu du contexte, les animations de notre exposition se dérouleront majoritairement en ligne (IGTV, Réunions Zoom, publication de vidéo sur le site artefac-paris.tv). Afin de garantir un espace safe, bienveillant et chaleureux, un système d’inscriptions via HELLO ASSO est mis en place pour certaines animations. ✨

Carousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel imageCarousel image

Vernissage de l’exposition

Jeudi 8 avril 2021 à partir de 15h : Discours d’inauguration retransmis sur IGTV, suivi de la performance poétique et musicale de Minuit et Antonin à et d’une visite guidée virtuelle de l’exposition 🎶✨💻

Détail de la performance poétique de Minuit accompagnée au piano par Antonin

Pour le lancement de l’exposition, découvrez la performance poétique de Minuit, accompagnée au piano par Antonin. Hautboïste de formation, Yasmine travaille sur divers projets mêlant peinture, théâtre, musique et poésie. Au travers du projet So(eu)rcières, elle aura l’occasion de mettre en musique, aux côtés du pianiste Antonin, deux poèmes extraits de son recueil Monologues du Naissant, de l’Ivre ou de l’Ancêtre*. Ce recueil est un florilège de tableaux issus de la vision onirique de trois alters-égo et de leurs voyages intérieurs. Deux figures dont l’inspiration vient d’époque tout à fait opposées, Médusa et Simone semblaient des femmes dont l’histoire pouvait témoigner de la réflexion autour de la construction des sorcières dans certaines sociétés.


Déroulement :

La performance sera publiée sur le site artefac-paris.tv et sur notre compte Instagram @soeurcieres_expo via IGTV, le jeudi 8 avril dans l'après midi, à la suite du discours d'inauguration partagé sur les mêmes platformes.

Le receuil et les textes

*"Projet florilège et cheminant vers la publication, le recueil Monologues du Naissant, de l’Ivre ou de l’Ancêtre est né des secrètes pages de mes carnets de voyages, voyages aux allures de pulsions vives, de pensées esquissées. Un peu à la manière des rêves qui, de par leur profonde capacité à exprimer les confins de la psyché, et dont il serait parfois inavouable de comprendre l’extrémité de nos profondeurs. Il fallut alors saisir ces instants vite, et sans détours leur trouver un support, ne surtout pas les cristalliser dans une intellectualisation rassurante. L’idée, un peu comme pour la peinture ou la composition, serait plutôt de tenter après examen de ces images ou idées éclairs retranscrites par le sismographe qu’est le corps, de donner, chercher à créer le meilleur moyen pour offrir cela. Ainsi, d’un poème à l’autre, d’une période de la vie à l’autre les procédés expressifs changent.

Peut-être est-ce pour cela que le poème Médusa arrive avant celui sur Simone mais qu’ils sont malgré tout, les deux textes que j’ai choisi de proposer pour ce projet So(eu)rcières. Leur structure narrative rassurante pour un premier contact avec l’extérieur crée la possibilité que le lien avec l’auditeur puisse se forger plus intuitivement." - Minuit, pour So(eu)rcières


Médusa

"Car dans tous les cas il s’agit d’un besoin, alors peut être que le fait que Médusa, fruit de l’union de Gaïa, la Terre et de Pontos, l’Océan, se soit imposée en rêve comme un récit dont j’ai eu envie de m’approprier la chute, relève d’un état d’esprit tourné sur mon rapport à la féminité, à la sorcière, état d’esprit qui entre dans la multiplicité de ce que ces termes imposent de réflexion tout au long d’une vie. Méduse, personnage incarnant soit par sa fatale laideur, soit par sa monstrueuse beauté, l’envergure parlante de l’effet d’une sorcière sur les Hommes. De par la peur de castration qu’elle sucite, elle fut le costume parfait d’un état d’âme plutôt douloureux que je cherchais à exprimer. Plus tard, l’aspect puissant dans le refus de répondre aux attentes extérieures de trahison de soi de cette mythique figure, me sauta au visage. Mais la notion de honte de soi face au miroir, et d’infinie mélancolie, celle d’un sentiment de malédiction d’un masque féminin exogène et incrusté à jamais fut le point de départ de cette nouvelle." - Minuit, pour So(eu)rcières


Simone

"Aussi Simone, futée et sensible, ballottée par les flots de son temps et pourtant figure au nom emblématique me permettait d’aborder le thème de la puissance féminine infusée dans une société préférant omettre et soumettre ce potentiel. L’idée était d’offrir aux Simones, et en un clin d’œil à Beauvoir, à Veil, l'énergie de ces deux femmes aux existences dédiées au rayonnement final de leurs sœurs, et aussi inspirée par la vie de mon arrière-grand-mère prénommée elle aussi Simone. Ma Simone, dont la vie m’inspire une sorte d’humble recul, remettant en question l’héroïsme que l’on se souhaiterait face au monde et donnant la part belle à une certaine bienveillance envers soi, une capacité à s’indigner, évidemment, mais tout en gardant sa capacité à rire pour s’extirper du carcan général, pour respirer et faire du bruit sans avoir peur de prendre trop de place, pour rayonner enfin et tout simplement en tant qu’être humain." - Minuit, pour So(eu)rcières



Premier week end d’animation

Du vendredi 9 au dimanche 11 avril 2021

  • Vendredi 9 avril : Conférence

Détail de la conférence "La puissance des femmes dans l'Antiquité romaine" par Charline Beux

So(eu)rcières accueille sa première conférence ! Rendez-vous ce vendredi 9 avril pour passer le début de soirée avec Charline, étudiante spécialisée dans l’Empire romain, pour en apprendre plus sur “la puissance des femmes dans l’Antiquité romaine” pendant une conférence axée histoire et archéologie.

Le sujet : D'où viennent les figures de sorcières et d'empoisonneuses connues en Occident ? Pourquoi la magie semble depuis toujours et encore aujourd'hui synonyme de femmes malfaisantes dans cette partie du monde ? Charline nous apprendra que les réponses à ces questions peuvent trouver racine dès l’Antiquité gréco-latine. De grandes figures de sorcières représentées dans la littérature antique, telles que Circé* ou les sorcières Thessaliennes chez Apulée** ont pu amener une image péjorative des sorcières. Par ailleurs, l’archéologie semble montrer que la sorcellerie serait une pratique plus “masculine” que “féminine”. Pour quelles raisons les femmes seraient alors garantes de ce pouvoir ? En quoi les femmes seraient représentatives de la magie dans la littérature gréco-latine, alors même que la sorcellerie correspondrait historiquement à pratique majoritairement masculine ?

Références : *Circé : Personnage présente dans différentes œuvres comme Les troyennes d’Euripide ou L’Odyssée d’Homère. **Apulée : cf. Apulée, Métamorphoses, dir. H. Monsacré, trad. O. Sers, Paris, 2007.


Le plan de la conférence : Tout d’abord, Charline nous indiquera ce que pouvait représenter la magie au cours de l’antiquité gréco-latine. Elle nous présentera ensuite la place des sorcières au sein de la littérature de cette époque et de l’imaginaire collectif qui y est associé. Enfin, Charline consacrera une partie de sa conférence à l’archéologie comme pratique “masculine”, tout en prenant appui sur la pratique de la médecine pour expliquer pour quelles raisons les sorcières furent associées aux femmes.


Déroulement : Conférence en ligne sur ZOOM. Inscription sur HELLO ASSO pour accéder au lien pour assister à la conférence. Animé par Laura, médiatrice de So(eu)rcières et modérée par un.e autre membre de notre équipe afin de garantir une atmosphère bienveillante et respectueuse de chacun.e et surtout des personnes concernées. 1h de présentation et 30 minutes d’échange et de questions sont prévues.


Durée indicative : 1h30


Bibliographie indicative de la conférence :

Sources

Apulée, L’Apologie, trad. P. Vallette, Paris, 2001

Apulée, Métamorphoses, dir. H. Monsacré, trad. O. Sers, Paris, 2007

Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, VII trad. R. Schilling, Paris, 1977

Sénèque, Médée, trad. C. Guittard, Paris, 2019

Soranos d’Ephèse, La maladie des femmes, II, trad. P. Burguière, D. Gourevitch, Y. Malinas, Paris, 1990

Ouvrages généraux

G. Duby, M. Perrot, Histoire des femmes en Occident, I L’antiquité sous la direction de P.Schmitt Pantel, Rome 1990

F. Graf, La Magie dans l’Antiquité Gréco-Romaine, Paris, 1994

J. Scheid, Religion, institutions, et société dans la Rome antique, Leçon inaugurale prononcée le jeudi 7 février 2002. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Collège de France, 2003

Articles spécialisés

J-B. Bonnard, V. Dasen, J.Wilgaux, « Les technai du corps : la médecine, la physiognomonie et la magie. », Dialogues d'histoire ancienne. Supplément n°14, 2015. L'histoire du corps dans l’Antiquité : bilan historiographique. Journée de printemps de la SOPHAU du 25 mai 2013. pp. 169-190

J-B Bonnard, « Corps masculin et corps féminin chez les médecins grecs », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 37 | 2013

P. Gaillard-Seux, « rites magiques néfastes à l’accouchement d’après les sources de l’époque romaine impériale » V. Boudon-Millot, V. Dasen et B. Maire, Femmes en médecine Paris, 2008. actes de la journée internationale d'étude organisée à l'Université René-Descartes-Paris V, 17 mars 2006 : en l'honneur de Danielle Gourevitch

P. Gaillard-Seux , « sympathie et antipathie dans l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien » Rationnel et irrationnel dans la médecine ancienne et médiévale : aspects historiques, scientifiques et culturels, Saint-Etienne, 2003

J. Jouanna. « Médecine rationnelle et magie : le statut des amulettes et des incantations chez Galien. », Revue des Études Grecques, tome 124, fascicule 1, Janvier-juin 2011. pp. 47-77

H. King, « Blood and the goddesses », dans Hippocrates’s woman. Reading the female body in Ancient Greece, Londres et New-York, 1998, pp.75-98

Meyer Béatrice. Les Magiciennes de Théocrite et les papyrus magiques. In: Alexandrie : une mégapole cosmopolite. Actes du 9ème colloque de la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer les 2 & 3 octobre 1998. Paris : Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1999. pp. 69-78. (Cahiers de la Villa Kérylos, 9)


Crédits : Charline est étudiante en Master d’Histoire et d’Anthropologie de l’Antiquité à Paris 1. Elle poursuit une spécialisation sur l’Empire romain. L’objet de son mémoire porte sur les “rites et magie à la lumière de la médecine des femmes au IIème siècle après J-C dans l’empire romain”. (@chabeux sur instagram)


Remerciements : Merci à Charline d’avoir accepté notre invitation ! Nous sommes très heureux.ses de t’avoir parmi nous au sein de So(eu)rcières. Merci aussi à Laura pour l’animation et la mise en place des conférences présentées au cours de notre exposition. Merci également au Pavillon des Canaux pour la co-organisation de cette conférence, et à tous.tes nos partenaires, l’association Artefac’, la vie association de l’Université de Paris et le programme Culture ActionS du CROUS de Paris.



    • de 19h à 20h30 : Conférence « La puissance des femmes dans l’Antiquité romaine » présentée par Charline Beux, étudiante en Master d’Histoire et Anthropologie des mondes anciens (P1), Spécialité Empire romain, via Zoom sur inscription ✨

  • Samedi 10 avril : Ateliers et performances

Détail de l'atelier de tirage de cartes "Tarot de la sororité" par Urielle Hug

Le Tarot de la sororité

"C'est un jeu de 22 carte, assorti d'un livret expliquant le projet ainsi que les inspirations des dessins. Le tout est présenté dans une jolie pochette en coton sérigraphié.

Cette proposition est le réceptacle de quelques années de recherches sur la réappropriation des archétypes féminins. A cela s'ajoutent les nombreuses confidences recueillies en tirant les cartes au cours de mes voyages. Lors de ces rencontres, certains regards se croisaient à propos des dessins des cartes, les suggestions se rejoignaient d'un endroit à l'autre et d'une femme à l'autre. Ce tarot est donc le réceptacle des confidences de ces femmes - Je dis femmes car ce sont souvent elles qui ont parlé – que j'ai associé à certaines formes de puissance féminine ou bien, plus ambigües, parfois oubliées.


Le Tarot étant lui même un objet plastique, je me permet à travers la création de ce jeu, de faire une proposition qui est née d'une volonté de transmission, il ne s'agit pas d'un jeu arrêté. L'idée est que chacun et chacune puisse s'approprier le jeu et permettre de libérer une parole afin d'assumer le désir d'être qui est en soi."

source : Urielle Hug, https://cagnotte.me/23317-tarot-de-la-sororite/fr

Atelier en petit comité

Afin que les tirages se passent dans une atmosphère intime et respectueuse de chacun.e, cet atelier est limité à 5 participant.e.s.

Déroulement

L’atelier sera animé par l'artiste, ethno-plasticienne Urielle Hug et modéré par un.e autre membre de l’équipe de So(eu)rcières afin de garantir un climat de bienveillance et de respect de chacun.e

Durée indicative : 1h

Accès

Atelier en ligne sur ZOOM. Inscription sur HELLO ASSO pour pouvoir accéder au lien de l'’atelier.

Crédits

Instagram et Facebook @uriellehug et Uriellehug plasticienne.

Portrait d'artiste d'Urielle, pour So(eu)rcières (publié le 26 février sur notre compte Instagram @soeurcieres_expo) : "Je me présente comme Ethno-plasticienne je ménage l'étude ethno graphique et les arts plastiques. La Cartomancie est pour moi un support d'échange et de savoir matrimonial, un recueil de témoignage, de force et de transmission entre femmes. Je travaille notamment sur la façon dont les femmes s'approprient le sacré, le religieux et le superstitieux. Je me demande quels archétypes résistent aux temps ? Quelle forme prennent-ils ? etc... Actuellement je m’intéresse aux sociétés d’Europe du Sud, particulièrement dans les Pyrénées, à la Péninsule Ibérique. Mais avant cela j’ai pu travailler au Kirghizistan, Inde et Mexique.”

Cagnotte pour Le Tarot de la sororité : https://cagnotte.me/23317-tarot-de-la-sororite/fr

Remerciements

Merci à Urielle Hug de nous avoir proposé cette animation pour So(eu)rcières ! Nous sommes très heureux.ses de te compter parmi nous. Merci également au Pavillon des Canaux pour la co-organisation de cette animation, et à tous.tes nos partenaires, l’association Artefac’, la vie associative de l’Université de Paris et le programme Culture ActionS du CROUS de Paris.


    • de 10h30 à 12h : Atelier de tirage de cartes à partir du “Tarot de la sororité” créé et illustré par l’artiste et ethnologue Urielle Hug, via Zoom sur inscription ✨🌈


Détail de l'atelier de dessin intuitif proposé par Keramika Valentine

    • à partir de 14h : Atelier de dessin intuitif : expression d’une émotion au travers des formes et des couleurs abstraites, animé par l’artiste et artisane Valentine Ghielmetti, prévu accès libre sur IGTV et notre site www.artefac-paris.tv ✨🌈

Venez exprimer artistiquement vos émotions au cours d’un atelier de dessin intuitif proposé par Valentine Ghielmetti, artiste exposée au sein de So(eu)rcières.


Dans la lignée des “dessins automatiques” du mouvement Dada, Valentine propose ici d’exprimer picturalement une émotion ressentie, de créer à partir des couleurs et des formes. L'idée ne serait pas de faire une représentation imagée de l'émotion éprouvée, mais bien de se concentrer sur son essence, et ce qu'elle anime chez chacun.e d’entre nous. Si les représentations figuratives sont aussi les bienvenues, Valentine nous proposera une réflexion différente. Toutes les techniques artistiques sont possibles : chacun.e peut utiliser ce qu’iel pense nécessaire à la représentation de son émotion.


Si vous le souhaitez, vous pouvez par la suite nous envoyer vos créations (par mail à soeurcieres@artefac-paris.org ou directement sur @soeurcieres_expo) ou les partager sur vos réseaux en nous identifiant !


Déroulement : L’atelier sera organisé en ligne via IGTV et disponible sur le site www.artefac-paris.tv pendant toute la durée de l’exposition.


Remerciements : Merci à Valentine de nous avoir proposé ce bel atelier. Nous sommes très heureux.ses de mettre en place cette animation avec toi ! Merci aussi à Leila pour la mise en place de cet atelier. Merci également au Pavillon des Canaux pour la co-organisation de cette animation, et à tous.tes nos partenaires, l’association Artefac’, la vie association de l’Université de Paris et le programme Culture ActionS du CROUS de Paris.


Durée indicative : disponible en accès libre sur IGTV et sur www.artefac-paris.tv à partir du samedi 10 avril après-midi


Crédits : Valentine est une artiste et artisane présente sur Instagram sous le nom de @keramika_valentine. Pour en savoir plus sur Valentine et son travail artistique, voici un extrait de son portrait d’artiste* : "Je m'appelle Valentine, j'ai 24 ans, je suis céramiste de formation et j'ai quitté les beaux-arts de Limoges il y a deux ans sans avoir aucune idée de ce que je voulais faire. C'est pendant le confinement de mars 2020 que je me suis mise au bijou, que j'avais déjà pratiqué en école d'art. (...) La plupart de mes créations portent sur la nature, les couleurs et le féminin. J'adore l'art psychédélique et l'art nouveau, et je puise beaucoup mon inspiration dans l'art moderne également. Je suis constamment à la recherche de nouvelles choses à découvrir (...)"

*Publié le 14 février 2021 sur le compte Instagram de So(eu)rcières, @soeurcieres_expo



Détail de la performance musicale de Gladys

    • à partir de 15h30 : Retransmission de la performance musicale de Gladys, prévu accès libre sur IGTV et notre site www.artefac-paris.tv ✨🎶

Musicienne, comédienne, modèle, Gladys a beaucoup de talents ; c’est comme chanteuse et guitariste qu’elle rejoint la programmation musicale de So(eu)rcières.

« Je suis violoniste depuis 14 ans mais j’adore chanter depuis toujours. Je suis étudiante au conservatoire en vue de devenir violoniste professionnelle. Je fais donc énormément de musique classique, mais j’écoute tous styles de musiques et notamment de la chanson française, du jazz, de la pop et du rap. J’ai entrepris il y a un an et demi de faire des reprises de A à Z de mes chansons préférées sur mon compte Instagram, je fais donc des arrangements avec guitare, piano, violon, voix, percussions, etc., en solo. C’était mon petit défi personnel haha. »

Écoféministe, Gladys est aussi touchée par la notion de sororité, et la façon dont elle s’exprime dans la figure des sorcières. Pour l’exposition, elle nous jouera des morceaux inspirés de ces thématiques, dont certains que l’on a pu retrouver sur la playlist de So(eu)rcières. Vous découvrirez lesquels le 11 avril !

Influences : Jeanne Cherhal, Camille, Barbara, Gainsbourg, Ben Mazué, Marc Rebillet, Chet Baker, Sufjan Stevens, Philippe Katerine...

Crédits : Retrouvez Gladys sur Instagram : @gladynamite

Youtube : Gladynamite

Détail de la performance musicale "Le Procès d'Hélène" par Maya, Wadih et Helena

    • à partir de 16h30 : Retransmission de la performance musicale “Le Procès d’Hélène” préparée par Maya, Wadih et Helena, prévu accès libre sur IGTV et notre site www.artefac-paris.tv ✨🎶

Helena, Maya et Wadih sont de jeunes artistes, formé·e·s au conservatoire. Nous leur donnons la parole afin de présenter l'œuvre qu’il et elles ont créé pour la programmation musicale de So(eu)rcières, que vous découvrirez le 11 avril en ligne !

✨? ✨🎶 « Notre projet, "Le procès d'Hélène", est un petit drame en musique. Notre groupe est formé d'une clarinettiste, d'une bassoniste et d'un comédien. Les musiciennes, Maya et Helena, issues d'une formation classique, interpréteront les "Follias" de Jean-Pierre Guignon. À l'origine, cette musique d'origine portugaise avait été composée pour deux violons, nous les avons arrangées pour leurs deux instruments. Le comédien, Wadih, quant à lui, adressera aux spectateurs un texte improvisé, à partir d'une trame élaborée en amont. »

✨?Cette trame repose sur une réécriture de la guerre de Troie. Longtemps après l’affrontement entre les Troyens et les Grecs, Hélène est accusée d’en être la responsable. Le juge qui doit décider de sa culpabilité se trouve dans un bar dans lequel deux musiciennes donnent un concert. Ses interrogations quant à l'histoire d'Hélène, ses motivations, sa responsabilité, se mêlent aux Follias des musiciennes.

✨? « La figure de la sorcière nous interroge car elle est ambivalente. Femme de désir, puissante, marginalisée, rejetée, libre... Nous avions envie de raconter l'histoire d'une telle figure. Notre choix s'est porté assez rapidement sur un personnage de la mythologie grecque : Hélène de Troie. Ce choix peut paraître étrange car Hélène, dans les sources antiques, n'a pas utilisé de magie, n'a pas lancé de sorts, n'est pas devenue folle ou meurtrière. Sa sorcellerie est ailleurs : c'est parce qu'elle aurait utilisé sa grande beauté qu'on pourrait la considérer comme une sorcière, parce qu'elle a décidé de prendre en main son destin dans une société qui le lui refusait. Nous proposons donc une réécriture de son mythe. »




  • Dimanche 11 avril : Rencontres

Détail de la rencontre avec Extramuse

Venez rencontrer les membres du collectif artistique et engagé Extramuse, “Pour une représentation juste des personnes racisæs dans l’art contemporain et un accès égalitaire à la cré-action*” ! Leurs valeurs ? Sororité, adelphité, inclusivité, créativité, entraide, communauté et confiance.

Déroulement

Au cours de cette rencontre, le collectif nous parlera de ses projets, de ses engagements, de son rapport à la sororité et à l’art. Le but de cette rencontre est de donner à entendre les voix des muses du collectif et de discuter avec iel, dans une atmosphère chaleureuse et bienveillante : si tu souhaites intervenir au cours de la rencontre, poser tes questions au collectif ou encore discuter des sujets évoqués qui te touchent, c’est avec grand plaisir ! La rencontre avec les membres du collectif se fera par Zoom et sera modérée par l’un.e des médiateur.e.s de So(eu)rcières afin de garantir un climat safe et respectueux de chacun.e et surtout des personnes concerné.e.s.

Source : *https://www.instagram.com/extramuseclub/

Accès à la rencontre

Rencontre en ligne sur ZOOM. Inscription sur HELLO ASSO pour pouvoir accéder au lien de la rencontre.

Crédits

Extramuse : site https://linktr.ee/Extramuseclub, Instagram @extramuseclub, Youtube Extramuse Club ; membres du collectif :

Kim : ig @dark_M3laniinn_

Kim « elle/iel » - Co-fondatrice d'EMC

Community Manager et Maquilleuse en de venir au sein du collectif • Apprentie barber et modèle photo • Aime l'art en général- Touche à tout • Aime être différente

Sacha : ig @versiusacha

Sacha « Iel »

Moi c’est Sacha je suis en master de création audiovisuelle, mes pronoms sont iels. Dans le collectif je touche un peu à tout, principalement vidéos, photos et un peu de DA

BV : ig @bvbicita

Bem-Vinda « Elle » - Co-fondatrice

Je m'appelle Bem-Vinda Nsimba j'ai 23 ans et je suis étudiante en école de commerce. Je fais partie du collectif Extramuseclub au sein duquel je suis makeup artist et m’occupe du community management et de la direction artistique.

Sarah : @disturbxed

Sarah « Elle » - Co-fondatrice

Je m’appelle Sarah, j’ai 23 ans je suis écrivaine, passionnée par l’art et la création de contenu. Je fais également beaucoup d’autoportraits.

Au sein d’Extramuseclub, je participe surtout à la création et la gestion de projets que ce soit au niveau de la DA, de la réalisation de brief créatifs, la post production ou la logistique ! J’adore toucher à tout, rencontrer de nouvelles personnes et faire converger les différents talents pour créer quelque chose d’EXTRA.

Sharon : - pas de compte ig

Sharon « elle » - Co-fondatrice

Bonjour je m'appelle Sharon, j'ai 22 ans et je suis master en école de commerce (Neoma BS). En parallèle de cela je fais partie du collectif EMC, particulièrement au sein pôle "orga". Mon pronom est "elle".

Nasserine : @nasstodae

Nasserine, "elle"

Je m’appelle Nasserine, j’ai 22 ans et je suis en école de commerce. Je m’occupe essentiellement du pôle audiovisuel d'Extramuseclub.

Laura : ig @King_laau

Laura « elle » - Co-fondatrice

Laura 23 ans boule d’énergie, curieuse et toujours émerveillée par mon environnement comme une gamine. J’ai toujours le smile je vis les moments de la vie avec passion pour éviter les regrets. Positive attitude GIRL.

Remerciements

Merci à Extramuse et à toutes ses muses d’exister et d’avoir accepté notre invitation ! Nous sommes très heureux.ses de vous avoir parmi nous au sein de So(eu)rcières. Merci aussi à Louise pour l’animation et la mise en place de cette table ronde. Merci également au Pavillon des Canaux pour la co-organisation de cette rencontre, et à tous.tes nos partenaires, l’association Artefac’, la vie associative de l’Université de Paris et le programme Culture ActionS du CROUS de Paris.

    • de 10h30 à 12h : rencontre avec les membres du collectif artistique et engagé Extramuse (Kim, Sacha, BV, Sarah, Sharon, Nasserine et Laura), via Zoom sur inscription ✨💛

Détail de la table ronde, rencontre avec les artistes de So(eu)rcières, session 1/2

Venez rencontrer les artistes de So(eu)rcières au cours de nos tables rondes organisées en ligne sur Zoom ! L’occasion de découvrir une partie des artistes participant.e.s à notre projet, tout en leur donnant l’occasion de s’exprimer directement sur leur pratique artistique, leurs engagements et les thèmes qui les préoccupent.

Au cours de cette première table ronde, nous donnons la parole à Amphi, Emilie, Maddy Street, Manon Lepouzé, Mathilde Biteaud et Phil B. Ce dimanche 11 avril, les artistes présentes nous parleront plus particulièrement de leurs rapports aux figures de sorcières. Un temps d’échange avec les participant.e.s de la rencontre est prévu : dans une ambiance safe, chaleureuse et respectueuse de chacun.e et plus particulièrement des personnes concerné.e.s, vous aurez aussi l’occasion de poser vos questions aux artistes. La rencontre sera animée et modérée par un.e médiatrice.teur de So(eu)rcières, afin de garantir une atmosphère safe et bienveillante.


Déroulement

La rencontre sera organisée en ligne via ZOOM. Elle sera co-animée par deux médiatrices de So(eu)rcières, Leni et Louise. Un temps d’échange avec le public est prévu à la fin de la rencontre.

Durée indicative : 1h30/2h

Lien pour participer à la réunion

inscription via HELLO ASSO nécessaire pour accéder au lien ZOOM

Crédits des artistes présent.e.s

  • Amphi : Amphi est une artiste féministe qui cherche à changer les paradigmes dans lesquels nos imaginaires, nos représentations et notre inconscient collectif s’inscrivent. L’art est pour elle un moyen de démocratiser l’accès des concepts théoriques des gender et postcolonial studies via nos émotions humaines.

  • Emilie : "Je m'appelle Emilie Arévalo Fandino, @lesyeuxbrulants sur Instagram et j'ai 20 ans. Je suis une artiste-photographe franco-colombienne qui travaille autour de la représentation des femmes et minorités de genres, mais aussi particulièrement des personnes racisé.e.s." IG - @lesyeuxbrulants

  • Maddy Street : Franco-britannique, Maddy est aussi à l’aise pour chanter en anglais que pour rapper en français. A 22 ans, elle a publié deux EP, et la mixtape « Yellow » dévoilée à la fin de l’année dernière. On y retrouve des freestyles sortis dans les semaines qui précèdent, des inédits, et plein d’artistes en featuring, pour un projet qu’elle nous promet « aussi chaotique que 2020 ». L’univers de Maddy est coloré, empreint de queerness et de poésie. IG - @maddyftchords ; Youtube - Maddy Street; Spotify - Maddy Street

  • Manon Lepouzé : Manon Lepouzé est une artiste métisse franco-japonaise. Féministe et lesbienne, son univers onirique et hyper saturé est habité par des figures féminines fortes, notamment des cyclopes, entités mi-humaines, mi-divines qui reflètent la complexité et la force des femmes. Dessinant depuis son enfance, elle a suivi un an en prépa artistique avant de suivre une licence en Lettres et Arts à l'université Paris Diderot. IG - @nonam_dans_le_noir

  • Phil B : “Un peu dans la lune, sûrement la tête dans les nuages, j'ai appris à dessiner ce que mes mots ne peuvent tracer. Tantôt mélancoliques, colériques, angéliques ou dramatiques, mes portraits aux yeux mystérieux laissent s'échapper mes émotions refoulées. Mon stylo me permet avant tout de démêler le fil de mes pensées en traçant leurs traits nets, mais ces traits ne sont ni modèles ni juges.” IG - @thinkaboutitplease

  • Mathilde Biteaud : "Je suis Mathilde Biteaud, designer graphique et illustratrice. Dans le cadre de mon master, j’ai pu étudier la place du mysticisme et de l’ésotérisme d’un point de vue graphique. L’ésotérisme me passionne et j’utilise ce thème dans mes œuvres plastiques et graphiques pour parler de ma relation à la nature et aux autres." IG - @Thos_ma sur Instagram

Remerciements

Merci à toutes les artistes présentes pour cette table ronde d’avoir accepté notre invitation ! Nous sommes très heureux.ses de vous avoir parmi nous au sein de So(eu)rcières. Merci aussi à Leni et Louise pour la co-animation et la mise en place de cette table ronde. Merci également au Pavillon des Canaux pour la co-organisation de cette rencontre, et à tous.tes nos partenaires, l’association Artefac’, la vie associative de l’Université de Paris et le programme Culture ActionS du CROUS de Paris.


    • de 14h à 16h : table ronde avec les artistes de So(eu)rcières, focus sur le thème des sorcières : rencontre avec Amphi, Emilie, Maddy Street, Manon Lepouzé, Mathilde Biteaud et Phil B, via Zoom sur inscription ✨🎨

Détail de rencontre avec l'autrice Marcia Burnier, autrice du roman Les Orageuses

Venez participer à notre rencontre en ligne avec l'autrice franco-suisse Marcia Burnier, autour de son premier roman Les Orageuses, paru en 2020 chez Cambourakis dans la collection féministe et anticapitaliste “Sorcières”. Un roman imprégné de sororité, qui fait du bien autant qu’il révolte : le texte rend compte des efforts de reconstruction éprouvés à la suite d’agressions sexuelles tout en brandissant la sororité et l’inclusivité.

TW : violences sexuelles et viol.

Venez participer à notre rencontre en ligne avec l'autrice franco-suisse Marcia Burnier, autour de son premier roman Les Orageuses, paru en 2020 chez Cambourakis dans la collection féministe et anticapitaliste “Sorcières”. Un roman imprégné de sororité, qui fait du bien autant qu’il révolte : le texte rend compte des difficultés de reconstruction rencontrées à la suite d’agressions sexuelles et de viol tout en brandissant la sororité et l’inclusivité.

Une rencontre safe et bienveillante

Il nous tient alors à cœur que la rencontre soit organisée dans un climat safe et bienveillant où chacun.e pourra trouver sa place, s’iel le souhaite, dans le respect des personnes concerné.e.s.


Déroulement

Au cours de cette rencontre, nous pourrons discuter avec Marcia de sa situation d’autrice, de ses engagements ou encore de son rapport à la sororité et aux figures de sorcières. Une lecture d’un passage du roman sera réalisée pendant ce temps de rencontre, afin de mieux donner à entendre la force des mots de Marcia. La rencontre sera animée par l’un.e des médiatrices.teurs de So(eu)rcières et modérée par un.e membre de notre équipe, afin d’éviter tout comportement inadapté tout au long de cette rencontre qui se fera via Zoom.

Durée indicative : 1h30

Accès à la rencontre

Rencontre en ligne sur ZOOM. Inscription sur HELLO ASSO pour pouvoir accéder au lien pour assister à la rencontre.

Extrait du roman, disponible sur le site de Cambourakis

« Depuis qu’elle avait revu Mia, l’histoire de vengeance, non, de “rendre justice”, lui trottait dans la tête. On dit pas vengeance, lui avait dit Mia, c’est pas la même chose, là on se répare, on se rend justice parce que personne d’autre n’est disposé à le faire. Lucie n’avait pas été très convaincue par le choix de mot, mais ça ne changeait pas grand-chose. En écoutant ces récits dans son bureau, son cœur s’emballe, elle aurait envie de crier, de diffuser à toute heure dans le pays un message qui dirait On vous retrouvera. Chacun d’entre vous. On sonnera à vos portes, on viendra à votre travail, chez vos parents, même des années après, même lorsque vous nous aurez oubliées, on sera là et on vous détruira. » (source : https://www.cambourakis.com/tout/litterature/francophone/les-orageuses/)

Informations complémentaires :

“Un premier roman qui dépeint un gang de [femmes] décidant un jour de reprendre comme elles peuvent le contrôle de leur vie.” (source : https://www.cambourakis.com), Illustration de couverture : Marianne Acqua, 144 pages / 130 x 210 mm, Date de parution : 2 septembre 2020, 15 euros ttc, ISBN 9782366245189. La collection “Sorcières” est une collection féministe et anticapitaliste dirigée par Isabelle Cambourakis, créée en janvier 2015.

Remerciements

Merci à Marcia d’avoir accepté notre invitation et d’être parmi nous pour ce temps de rencontre. Merci à l’équipe de Cambourakis et tout particulièrement à Mélissa, et Isabelle, de nous avoir permis de mettre en place cette rencontre. Merci aussi à Maria-Sofia et Louise pour la co-animation et la mise en place de cette animation. Merci également au Pavillon des Canaux pour la co-organisation de cette rencontre, et à tous.tes nos partenaires, l’association Artefac’, la vie associative de l’Université de Paris et le programme Culture ActionS du CROUS de Paris.


  • Vendredi 9 avril : Conférence

Détail de la conférence “La puissance des Femmes dans l’Antiquité romaine”

So(eu)rcières accueille sa première conférence ! Rendez-vous ce vendredi 9 avril pour passer le début de soirée avec Charline, étudiante spécialisée dans l’Empire romain, pour en apprendre plus sur “la puissance des femmes dans l’Antiquité romaine” pendant une conférence axée histoire et archéologie.

Le sujet : D'où viennent les figures de sorcières et d'empoisonneuses connues en Occident ? Pourquoi la magie semble depuis toujours et encore aujourd'hui synonyme de femmes malfaisantes dans cette partie du monde ? Charline nous apprendra que les réponses à ces questions peuvent trouver racine dès l’Antiquité gréco-latine. De grandes figures de sorcières représentées dans la littérature antique, telles que Circé* ou les sorcières Thessaliennes chez Apulée** ont pu amener une image péjorative des sorcières. Par ailleurs, l’archéologie semble montrer que la sorcellerie serait une pratique plus “masculine” que “féminine”. Pour quelles raisons les femmes seraient alors garantes de ce pouvoir ? En quoi les femmes seraient représentatives de la magie dans la littérature gréco-latine, alors même que la sorcellerie correspondrait historiquement à pratique majoritairement masculine ?

Références : *Circé : Personnage présente dans différentes œuvres comme Les troyennes d’Euripide ou L’Odyssée d’Homère. **Apulée : cf. Apulée, Métamorphoses, dir. H. Monsacré, trad. O. Sers, Paris, 2007.

Le plan de la conférence : Tout d’abord, Charline nous indiquera ce que pouvait représenter la magie au cours de l’antiquité gréco-latine. Elle nous présentera ensuite la place des sorcières au sein de la littérature de cette époque et de l’imaginaire collectif qui y est associé. Enfin, Charline consacrera une partie de sa conférence à l’archéologie comme pratique “masculine”, tout en prenant appui sur la pratique de la médecine pour expliquer pour quelles raisons les sorcières furent associées aux femmes.

Déroulement : Conférence en ligne sur ZOOM. Inscription sur HELLO ASSO pour accéder au lien pour assister à la conférence. Animé par Laura, médiatrice de So(eu)rcières et modérée par un.e autre membre de notre équipe afin de garantir une atmosphère bienveillante et respectueuse de chacun.e et surtout des personnes concernées. 1h de présentation et 30 minutes d’échange et de questions sont prévues.

Durée indicative : 1h30

Bibliographie indicative de la conférence :

Sources

Apulée, L’Apologie, trad. P. Vallette, Paris, 2001

Apulée, Métamorphoses, dir. H. Monsacré, trad. O. Sers, Paris, 2007

Pline l’Ancien, Histoire Naturelle, VII trad. R. Schilling, Paris, 1977

Sénèque, Médée, trad. C. Guittard, Paris, 2019

Soranos d’Ephèse, La maladie des femmes, II, trad. P. Burguière, D. Gourevitch, Y. Malinas, Paris, 1990

Ouvrages généraux

G. Duby, M. Perrot, Histoire des femmes en Occident, I L’antiquité sous la direction de P.Schmitt Pantel, Rome 1990

F. Graf, La Magie dans l’Antiquité Gréco-Romaine, Paris, 1994

J. Scheid, Religion, institutions, et société dans la Rome antique, Leçon inaugurale prononcée le jeudi 7 février 2002. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Collège de France, 2003

Articles spécialisés

J-B. Bonnard, V. Dasen, J.Wilgaux, « Les technai du corps : la médecine, la physiognomonie et la magie. », Dialogues d'histoire ancienne. Supplément n°14, 2015. L'histoire du corps dans l’Antiquité : bilan historiographique. Journée de printemps de la SOPHAU du 25 mai 2013. pp. 169-190

J-B Bonnard, « Corps masculin et corps féminin chez les médecins grecs », Clio. Femmes, Genre, Histoire [En ligne], 37 | 2013

P. Gaillard-Seux, « rites magiques néfastes à l’accouchement d’après les sources de l’époque romaine impériale » V. Boudon-Millot, V. Dasen et B. Maire, Femmes en médecine Paris, 2008. actes de la journée internationale d'étude organisée à l'Université René-Descartes-Paris V, 17 mars 2006 : en l'honneur de Danielle Gourevitch

P. Gaillard-Seux , « sympathie et antipathie dans l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien » Rationnel et irrationnel dans la médecine ancienne et médiévale : aspects historiques, scientifiques et culturels, Saint-Etienne, 2003

J. Jouanna. « Médecine rationnelle et magie : le statut des amulettes et des incantations chez Galien. », Revue des Études Grecques, tome 124, fascicule 1, Janvier-juin 2011. pp. 47-77

H. King, « Blood and the goddesses », dans Hippocrates’s woman. Reading the female body in Ancient Greece, Londres et New-York, 1998, pp.75-98

Meyer Béatrice. Les Magiciennes de Théocrite et les papyrus magiques. In: Alexandrie : une mégapole cosmopolite. Actes du 9ème colloque de la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer les 2 & 3 octobre 1998. Paris : Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1999. pp. 69-78. (Cahiers de la Villa Kérylos, 9)


Crédits : Charline est étudiante en Master d’Histoire et d’Anthropologie de l’Antiquité à Paris 1. Elle poursuit une spécialisation sur l’Empire romain. L’objet de son mémoire porte sur les “rites et magie à la lumière de la médecine des femmes au IIème siècle après J-C dans l’empire romain”. (@chabeux sur instagram)

Remerciements : Merci à Charline d’avoir accepté notre invitation ! Nous sommes très heureux.ses de t’avoir parmi nous au sein de So(eu)rcières. Merci aussi à Laura pour l’animation et la mise en place des conférences présentées au cours de notre exposition. Merci également au Pavillon des Canaux pour la co-organisation de cette conférence, et à tous.tes nos partenaires, l’association Artefac’, la vie association de l’Université de Paris et le programme Culture ActionS du CROUS de Paris.



    • de 16h à 17h30 : rencontre littéraire avec Marcia Burnier, autrice du roman Les Orageuses (Cambourakis, 2020) , via Zoom sur inscription ✨📚[TW : violences sexuelles et viol]

Second week end d’animation

Du vendredi 23 au dimanche 25 avril 2021

  • Vendredi 23 avril : Conférence

Détail de la conférence "Sorcières et Sorcellerie en Grèce Antique" par Hanta Bride et Audrey Tuzet

So(eu)rcières accueille sa deuxième conférence ! Rendez-vous ce vendredi 23 avril pour passer le début de soirée avec Hanta et Audrey, étudiantes en histoire ancienne et spécialisées dans le monde grec antique, pour en apprendre plus sur “Sorcières et Sorcellerie et en Grèce antique”.

Le sujet : Hanta et Audrey nous emmèneront au cœur de la Grèce antique, parmi les sorcières de la civilisation minoenne. Cette étude historique nous montrera l’importance des figures de sorcières au sein de ces sociétés. Dans la littérature homérique et classique, les sorcières étaient présentes et jouaient un rôle dans les épopées héroïques à l’instar de Circé*. Mais ces sorcières n’étaient pas que des êtres mythiques qui n'existaient que dans les contes ! Au contraire, elles furent présentes sur le territoire grec lui-même. La conférence d’Hanta et Audrey nous guidera aussi vers la Thessalie, région portant pour emblème Médée. Située au sud de la Macédoine, cette contrée est reconnue comme terre de la sorcellerie, et c’est d’ailleurs là que se situe la pythie de Delphes. Leur conférence mêlera croyances et pratiques antiques en croisant le culte des Déesses et des Dieux, et l’utilisation de la magie en médecine.

Références : *Circé : Personnage présente dans différentes œuvres antique gréco-latine comme Les troyennes d’Euripide ou L’Odyssée d’Homère.


Le plan de la conférence :

Audrey et Hanta nous parleront de la sorcellerie au quotidien durant la Grèce antique. Elles établiront ensuite le portrait des croyances antiques, entre mythe et sorcellerie. Enfin, elles discuteront de la vision des sorcières, généralement décrites comme les "très savantes artisanes du mal".

Bibliographie :

Arnould Colette, « Chapitre premier. L’antiquité », dans : , Histoire de la sorcellerie. sous la direction de Arnould Colette. Paris, Tallandier, « Texto », 2017, p. 23-82. URL : https://www.cairn.info/histoire-de-la-sorcellerie--9791021039186-page-23.htm

Bernand André, Sorciers grecs, Fayard, 1991.

Bouix, Christopher et Ozanam, Anne-Marie, Hocus pocus : à l'école des sorciers en Grèce et à Rome, Les Belles Lettres, Paris, 2012.

Carastro Marcello , « Quand Tirésias devint un mágos. Divination et magie en Grèce ancienne (ve-ive siècle av. n. è.) », Revue de l’histoire des religions, 2 | 2007, 211-230.

Cazeaux Jacques. “La Thessalie des magiciennes”, dans La Thessalie. Actes de la Table-Ronde, 21-24 juillet 1975, Lyon, Collection de la Maison de l'Orient méditerranéen. Série archéologique, 6, Lyon, 1979. pp. 265-275.

P. Du Bourguet, « Une ancêtre des figurines d’envoûtement percées d’aiguilles, avec ses compléments magiques, au musée du Louvre », Le Livre du Centenaire, I.F.A.O., 1880-1980, Le Caire, 1980 ; MMAF, 104, 225-238.

Dunant Christiane, “La magie en Grèce”, dans Bulletin de l'Association Guillaume Budé : Lettres d'humanité, n°18, décembre 1959. pp. 477-482.

Dalmon Sébastien, « 11 - Les nymphes et la mantique, entre inspiration et possession », dans : Anna Caiozzo éd., Femmes médiatrices et ambivalentes. Mythes et imaginaires. Paris, Armand Colin, « Recherches », 2012, p. 169-192. DOI : 10.3917/arco.caioz.2012.01.0169. URL : https://www.cairn.info/femmes-mediatrices-et-ambivalentes--9782200272814-page-169.htm

Flacelière R. “Le délire de la Pythie est-il une légende ?”. In: Revue des Études Anciennes. Tome 52, 1950, n°3-4. pp. 306-324.

Legrand Philippe-Ernest. Prophète et Pythie à Delphes. In: Revue des Études Grecques, tome 64, fascicule 299-301, Janvier-juin 1951. pp. 296-299.

Martin Michaël, La magie dans l’Antiquité, Editions Ellipses, Paris, 2012.

Perrin Franck, “Mots qui soignent, Mots qui envoûtent : Posologie des tablettes magiques Dans le monde gréco-romain”, Lyon, 2015

Wolff Étienne. « L'objet magique chez Apulée », Charles Delattre éd., Objets sacrés, objets magiques de l’Antiquité au Moyen Age. Editions Picard, 2007, pp. 95-102.


Accès à la conférence : Rencontre en ligne sur ZOOM. Inscription sur HELLO ASSO nécessaire pour pouvoir accéder au lien de la rencontre.


Crédits : Hanta travaille sur les questions d’identité grecque, de mémoire et de construction du passé autour des héros et des mythes. Son sujet de mémoire : « Les héros fondateurs dans les cités grecques d’époque impériale, Ier siècle av. J.-C. - IIIème ap. J.-C. » (@hantartine)

Audrey est étudiante en Grèce archaïque et classique. Elle travaille sur les femmes dans la société spartiate. Elle s’intéresse plus à la manière dont on les étudie, on en parle, dont on les représente. Sujet de mémoire : "La représentation des femmes lacédémoniennes à travers l'analyse du 《mirage spartiate》. Comparaison menée avec les sources antiques et les sources contemporaines." (@audreytzt)


Remerciements : Merci à Hanta et Audrey d’avoir accepté notre invitation ! Nous sommes très heureux.ses de vous avoir parmi nous au sein de So(eu)rcières. Merci aussi à Laura pour l’animation et la mise en place de cette conférence. Merci également au Pavillon des Canaux pour la co-organisation de cette conférence, et à tous.tes nos partenaires, l’association Artefac’, la vie association de l’Université de Paris et le programme Culture ActionS du CROUS de Paris.




    • de 19h à 20h30 : de 19h à 20h30 : Conférence “Sorcières et Sorcellerie en Grèce antique” présentée par Hanta Bride et Audrey Tuzet, étudiantes en Master 1 d’Histoire ancienne (P1), Spécialité monde grec antique, via Zoom sur inscription ✨

  • Samedi 24 avril : Ateliers et performances

Détail de l'atelier de lecture à voix haute de poésie et de créations personnelles, animé par Maria Sofia Vacaflor

Viens partager tes textes au cours de notre atelier de lecture ! Si tu souhaites partager tes créations personnelles ou faire connaître un.e auteur.trice* que tu adores, cet atelier est certainement fait pour toi.

*Nous te remercions d’avance de prévoir les références exactes pour citer les éventuel.le.s auteur.trice.s évoqué.e.s.

Atelier participatif et convivial

Notre atelier de lecture à voix haute te permettra de faire entendre ta voix et tes textes, et/ou de découvrir des créations littéraires qui tiennent à cœur pour chacun.e des participant.e.s. Un moment de partage, d’écoute et d’ouverture ! Cet atelier recherchera de la puissance dans les mots, de la musicalité dans les voix, du respect et de la curiosité infinie pour écouter les autres. Nous souhaitons particulièrement mettre en avant les autrices, les personnes racisé.e.s, les personnes queer, la sororité et l’adelphité, et bien évidemment les figures de sorcières, peu importe la culture et l'origine dont elles sont issues.

Atelier bilingue

Nous acceptons des textes dans toutes les langues ! (Avec le choix de les traduire ou non lors de l’atelier, si tu es concerné.e et que tu souhaites le faire).

Déroulement

L’atelier sera animé par Maria Sofia et modéré par un.e autre membre de l’équipe de So(eu)rcières afin de garantir un climat de bienveillance et de respect de chacun.e. Si tu as des mots ou des créations à partager, n'hésite plus ! Notre atelier aura lieu le samedi 24 avril sur Zoom et nous serons ravi.e.s de t’y retrouver pour découvrir tes textes ou ceux que tu auras sélectionnés.

Accès

Atelier en ligne sur ZOOM. Inscription sur HELLO ASSO pour pouvoir accéder au lien de l'’atelier.

Remerciements

Merci à Maria Sofia d’avoir proposé et mis en place cette animation pour So(eu)rcières ! Nous sommes très heureux.ses que tu animes ce bel atelier participatif. Merci également au Pavillon des Canaux pour la co-organisation de cette animation, et à tous.tes nos partenaires, l’association Artefac’, la vie associative de l’Université de Paris et le programme Culture ActionS du CROUS de Paris.


    • de 14h à 15h : Atelier de lecture à voix haute de poésie et de créations personnelles, animé par notre médiatrice et écrivaine Maria Sofia Vacaflor, via Zoom sur inscription ✨📖

Détail de la performance musicale de Maddy Street et d'Ellinor

    • à partir de 15h30 : Retransmission de la performance musicale de Maddy Street et d'Ellinor, prévue accès libre sur IGTV et notre site www.artefac-paris.tv ✨🎶

Maddy Street x Ellinor

Ellinor et Maddy Street sont deux chanteuses, compositrices et interprètes solo, mais elles n’ont pas peur de croiser leurs univers avec ceux d’autres artistes. Elles ont ainsi réalisé un morceau en commun, Calvin Klein, un plaisir pour les oreilles mais aussi pour les yeux, on vous invite à regarder le clip ! Pour So(eu)rcières, elles prolongent l’expérience en écrivant en duo un morceau spécialement pour l’exposition, dont l’écriture et la composition vous seront partagées en vidéo ! Elles joueront ce morceau et un de leurs titres solos chacune dans une performance qui sera diffusée le 25 avril.

Ellinor :

Ellinor vient de publier l’EP « songbook vol. 1 », avec Dylan Gorini, accompagné de plusieurs clips. On y retrouve des compositions folk et acoustique douces, dans la lignée du projet « River Lee EP » sorti l’été dernier. Elle décrit ce dernier ainsi : « Cet EP a été majoritairement écrit lors d'un voyage en Irlande où j'ai été particulièrement inspirée par l'atmosphère qu'il y avait dans la ville où je séjournais (Cork) et aux alentours. Il parle principalement d'amour, de fragilité et de peur de la solitude. Jusqu'à présent j'ai toujours fait des concerts en guitare-voix. »

« Les sorcières, l'esprit de sororité et le fait d'être en connexion avec la nature et les éléments est quelque chose qui m'a toujours intéressée. J'aimerais que cette expérience puisse m'inspirer de nouvelles choses, de nouvelles chansons et approches de création. »

Influences : Folk, pop, rock


Maddy Street :

Franco-britannique, Maddy est aussi à l’aise pour chanter en anglais que pour rapper en français. A 22 ans, elle a publié deux EP, et la mixtape « Yellow » dévoilée à la fin de l’année dernière. On y retrouve des freestyles sortis dans les semaines qui précèdent, des inédits, et plein d’artistes en featuring, pour un projet qu’elle nous promet « aussi chaotique que 2020 ».

L’univers de Maddy est coloré, empreint de queerness et de poésie.


Influences : Frank Ocean, Loyle Carner, Angie McMahon, Janelle Monàe…


Crédits :

Retrouvez Maddy et Ellinor sur Instagram : @maddyftchords / @ellinor_music Youtube : Maddy Street / ELLINOR_music

Spotify : Maddy Street / Ellinor



Détail de la performance poétique et musicale Solstice par Marie Faucqueur et Rachel Pirault

    • à partir de 16h30 : Retransmission de la performance improvisée Solstice par Marie et Rachel, prévue accès libre sur IGTV et notre site www.artefac-paris.tv ✨🎶

Solstice est une performance particulière au sein de la programmation musicale. Rachel Pirault, jeune écrivaine, nous a spontanément envoyé un texte qui nous a beaucoup touché. L’improvisatrice Marie Faucqueur accompagnera la lecture de ce texte, pour une création originale, poétique et musicale que vous pourrez écouter en ligne le 25 avril !

Rachel :

« Je m'appelle Rachel, j'ai 22 ans et j'écris depuis quelque temps maintenant, surtout des récits brefs. Je crois pouvoir dire que la plupart du temps, je me plais à promener mes personnages dans de petites histoires à peine enchantées, dans des endroits presque comme ceux que l'on connaît, parfois un brin plus colorés. »

Rachel étudie la littérature contemporaine à l’université Paris Diderot.


La narration fluide de Solstice installe naturellement une atmosphère empreinte de mystère, de sacré, exacerbée par la mise en musique de Marie.

« J’ai voulu comprendre ce qu’évoquait pour moi la sorcière dans un moment temporel, en l’occurrence chargé d’émotion, plutôt qu’à travers une histoire ou un personnage.

L’union, et même la fusion (dans tous les sens du terme), m’apparaît comme le maître mot dans ce texte : fusion avec la nature, fusion avec d’autres humain.e.s, fusion, ou ici plutôt union, avec la lectrice ou le lecteur par l’écriture à la seconde personne du pluriel qui s’est imposée. »

Influences : Le Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma côté cinéma, Le Pyromane de Karkwa ou le groupe Faun et côté musique. Mes influences immédiates ont finalement été assez peu littéraires puisque j’ai écrit ce texte rapidement, bien plus rapidement que les autres. S’il y en a eu, toutefois, je pense aux Furtifs d’Alain Damasio qui m’ont marquée durablement, à Chronique d’hiver de Paul Auster ou à Virginia Woolf, avec son journal notamment.

Marie :

Organiste de formation, Marie maîtrise des instruments rares, aux sonorités variées : l’euphonium, le chalumeau, le taragot, la clarinette en métal, la sansula… Elle pratique l’improvisation dans un style inspiré des musiques savantes du XXème siècle et du jazz, enrichi par cette vaste gamme de sons. Elle possède aussi une expérience de cheffe d’orchestre.

Ses lectures l’ont menée à s’intéresser aux sorcières, et à leur attrait symbolique et historique. Elle est attirée depuis l'enfance par la Forêt de Brocéliande et les légendes qui s'y rattachent, notamment les légendes arthuriennes. Elle a lu tout Tolkien, Lovecraft en grande partie ; elle s’intéresse à tout ce qui touche à la magie en général et tous les êtres féeriques, ainsi qu’aux mythologies des différents pays.

Influences : Olivier Messiaen, Steve Reich, Louis Sclavis, Stravinsky, Duruflé, Youn Sun Nah…

    • à partir de 17h30 : Retransmission d’un extrait vidéo de la performance jouée par la comédienne Thelma Pourrias à partir du conte “Mami Wata” écrit par Paul Gueye, co-préparée avec la médiatrice et artiste Valentine Mahé Clémot, prévu accès libre sur IGTV et notre site www.artefac-paris.tv ✨🎭 [TW : violences sexuelles et viol]

  • Dimanche 25 avril : Rencontres

    • de 10h30 à 12h : Rencontre surprise ! ✨👀🎉

Détail de la table ronde, rencontre avec les artistes de So(eu)rcières, session 2/2

Au cours de cette seconde table ronde, nous donnons la parole à Ben-Vinda (BV), Kim et Sharon du collectif Extramuse, ainsi qu’à Morgan, Nine et Tessa. Ce dimanche 25 avril, les artistes présent.e.s nous parleront plus particulièrement de leur rapport à la sororité. Un temps d’échange avec les participant.e.s de la rencontre sera prévu : dans une ambiance safe, chaleureuse et respectueuse de chacun.e et plus particulièrement des personnes concerné.e.s, vous aurez l’occasion de poser vos questions aux artistes. La rencontre sera animée et modérée par un.e médiatrice.teur de So(eu)rcières, afin de garantir une atmosphère safe et bienveillante.

Déroulement

La rencontre sera organisée en ligne via ZOOM. Elle sera co-animée par deux médiatrices de So(eu)rcières, Ilona et Louise. Un temps d’échange avec le public est prévu à la fin de la rencontre.

Durée indicative : 1h30/2h

Lien pour participer à la réunion

inscription via HELLO ASSO nécessaire pour accéder au lien ZOOM

Crédits des artistes présent.e.s

  • Extramuse : "Le collectif Extramuse s'adresse à tous et à toutes. Il a vocation à imaginer, monter, créer et soutenir des projets collaboratifs ayant une vision artistique commune. Il s'agit de combiner nos forces pour mettre en avant une vision unique et authentique de nous-même et du monde qui nous entoure. L'objectif ? décoloniser les arts, redéfinir la muse et créer un espace d'entraide et d'expression !" IG - @extramuseclub

  • La Tessita : “La Tessita est une artiste plasticienne, féministe décoloniale, qui nous présentera pour cette exposition deux séries photographiques argentiques. Elle travaille notamment avec des femmes et minorités de genre, racisées, queer, avec une iconographie syncrétiste de cultures, notamment mexicaine.” IG - @latessita

  • Morgan Le Cam : Morgan Le Cam crée des liens, là où on ne les attend pas. L’artiste met en lumière des analogies poétiques entre l’abeille, l’humain, la biodiversité et le Hip-Hop, notamment par la pratique du dessin. Pour Morgan Le Cam, l'abeille et le Hip-Hop ont de belles valeurs communes à protéger. Elle est rédactrice Not Only Hip Hop. IG - @morganlecam

  • Nine : "Ni Dieu ni mec mais des chats. Présentement en train de me noyer dans des fichiers excel, je ne recommande pas." @le_septieme_fils

Remerciements

Merci à toutes les artistes présentes pour cette table ronde d’avoir accepté notre invitation ! Nous sommes très heureux.ses de vous avoir parmi nous au sein de So(eu)rcières. Merci aussi à Ilona et Louise pour la co-animation et la mise en place de cette table ronde. Merci également au Pavillon des Canaux pour la co-organisation de cette rencontre, et à tous.tes nos partenaires, l’association Artefac’, la vie associative de l’Université de Paris et le programme Culture ActionS du CROUS de Paris.


    • de 14h à 16h : table ronde avec les artistes de So(eu)rcières, focus sur le thème de la sororité : rencontre avec Extramuse (BV, Kim, Sharon), Morgan Le Cam, Nine et la Tessita.✨🎨


Accès direct billeterie HELLO ASSO

Toutes nos animations sont disponibles gratuitement et/ou à prix libre (en soutien à l'exposition). Retrouvez les animations nécessitant des inscriptions juste ici, sur ces liens HELLO ASSO. Pour les animations ne demandant pas d'inscriptions préalables, RDV directement sur notre site www.artefac-paris.tv et notre compte Instagram @soeurcieres_expo